Entreprise libérée - Pourquoi s'intéresser au sujet ?

vague bleue

« Libéréééééée, délivréeeeeee... » Si vous avez au moins un jeune enfant dans votre entourage, vous n'aurez pas échappé au raz-de-marée de la Reine des neiges. Si vous vous intéressez à la vie des organisations, vous n'aurez pas échappé non plus au concept d'entreprise libérée.

Posté le
29 septembre 2017 - 11:48

Mais peu importe le mot, intéressons-nous à la chose. En quoi ce nouveau paradigme organisationnel peut-il nourrir nos réflexions sur ce qu'est une organisation, sur ce qu'est le management, sur ce qu'est... le travail, tout « simplement » ?

L'engagement, l'autonomie, le droit à l'erreur, l'enthousiasme, l'accompagnement des conflits pour les rendre fertiles, la capacité à piloter un projet sans rapport hiérarchique : autant de questions qui se posent dans la plupart des organisations. Et qui ont conduit des entreprises aussi différentes que le producteur français de pièces de moteur FAVI, la société américaine W. L. Gore (Le Gore-tex ? C'est eux) ou encore la multinationale indienne de service IT HCLT[1] à faire des expériences radicales en termes de prise de décision et d'organisation des équipes.

Parce qu'il repose sur un postulat de confiance (si on leur en donne les moyens, la très grande majorité des gens ont à cœur de bien faire leur travail), ce « nouveau » paradigme interroge notre conception-même de l'être humain et de ce qui le porte à l'action – je ne peux pas motiver autrui, écrit en substance Isaac Getz[2], je ne peux que créer les conditions de son auto-motivation. En tant que manageur, que puis-je entendre/apprendre de cette proposition, quelle que soit l'organisation dans laquelle je travaille ?

La « plénitude », identifiée par Frédéric Laloux[3] comme un des trois principes fondamentaux du paradigme en question, renvoie à la capacité des organisations à accueillir les salariés pas seulement comme une série de compétences recrutées en adéquation avec une certaine tâche, mais comme des êtres humains entiers, avec leur part d'émotions et d'intuition, leur vie privée, leurs enthousiasmes et leurs besoins propres. Quels échos avec le bien-être au travail, préoccupation très actuelle de nombreuses organisations ?

Co.théâtre a souhaité s'emparer de ces questions par un spectacle qui n'apprendra à aucun dirigeant comment mener son entreprise, ni à aucune manageure comment gérer son équipe, ni à aucun collaborateur comment mieux travailler avec ses collègues, mais qui invitera chacun et chacune à réfléchir à comment et pourquoi il ou elle souhaite travailler, à prendre du recul et à envisager de nouveaux comportements. Rien de moins ! Voici du moins une ambition libérée.

Sarah Vermande, référente artistique - associée.

[1]   Cf le livre écrit par son PDG Vineet Nayar Les employés d'abord, les clients ensuite, Editions Diateino, 2011.

[2]   Liberté & Cie, Isaac Getz et Brian M. Carney, Fayard, 2012.

[3]   Reinventing organizations, Frédéric Laloux, Editions Diateino, 2015.