Le stress : énergie renouvelable ?

vague bleue

Les Anglais, réputés pour leur pragmatisme disent tout aussi volontiers  you can’t have too much of a good thing  que you can have too much of a good thing. Traduisons littéralement : on ne peut avoir trop d’une bonne chose (abondance de « bien » ne nuit pas) / on peut avoir trop d’une bonne chose (une autre façon de dire que le mieux est l’ennemi du bien).

Posté le
06 juin 2016 - 07:00

À partir de quand ce qui est bon pour nous (le chocolat noir, le soleil, une franche discussion avec notre belle-mère, le stress) devient-il nocif ? Autant pour le chocolat noir et le soleil, vous voyez bien, autant votre sourcil droit s’est dressé en lisant qu’une franche discussion avec votre belle-mère et le stress étaient si gaillardement donnés comme bon pour nous. Ne nous engageons pas sur le terrain familial, glissant. Parlons plutôt du stress.

 

Le stress, nous dit l’IRS (Institut de Recherche sur le Stress), est la « réaction d’adaptation de l’organisme pour maintenir l’équilibre de l’état intérieur (principe de l’homéostasie). » D’un point de vue strictement biologique, c’est donc ce qui permet à notre organisme de répondre aux demandes qui lui sont faites, de mobiliser ses ressources pour pouvoir faire face aux mille sollicitations du quotidien (freiner quand le feu passe au rouge, rattraper le stylo tombé par terre, décrocher le téléphone tout en finissant de mettre nos chaussures) comme aux situations plus exceptionnelles (pensons à l’adolescent qui range sa chambre en 5 minutes chrono après 10 jours d’absence de ses parents quand il entend la voiture dans l’allée, ou à cette frêle personne âgée soudain capable de soulever une énorme poubelle parce que son bichon s’est coincé dessous). D’une certaine façon, le stress, c’est chouette !

 

Cela vaut aussi sur le plan professionnel : c’est le stress qui me permet de boucler en temps et en heure ce dossier épineux qui m’a été confié en urgence, c’est le stress qui me permet de présenter brillamment le projet Futurex devant 500 décideuses alors que mes jeunes voisins du dessus ont fait la fête toute la nuit. La réaction de stress est ainsi une formidable source d’énergie que l’organisme libère quand c’est nécessaire.

 

La vie serait-elle bien faite ? Oui et non. Ou peut-être oui et oui. La réaction de stress est une réaction ponctuelle. Elle n’a pas vocation à opérer en continu. Notre organisme peut fonctionner en sur-régime un temps, pour faire face à une situation exceptionnelle, mais s’épuise s’il s’installe dans cette réaction. Il devient alors essentiel de comprendre ce que nous vivons, de faire la part entre le stresseur (ce qui cause le stress) et notre façon de réagir à ce stresseur, afin de trouver des leviers d’action : agir sur la situation, ou sur la façon dont je vis cette situation. Le stress est donc bien une énergie renouvelable, à condition de lui laisser le temps de se renouveler. Ce temps-là est peut-être simplement celui de la prise de recul, de la réflexion, de la respiration. Le temps d’une pièce de théâtre ou d’une formation aussi peut-être…

 

Co.théâtre propose des spectacles et formations pour accompagner les individus dans la gestion de leur stress.

POUR SENSIBILISER VOS COLLABORATEURS
Spectacle « Je stresse, tu stresses, déstressons » + échange
2 comédien.ne.s, 10 ‘ + 30’ d’échange.

POUR LES ACCOMPAGNER DANS LA GESTION DE LEUR STRESS
Formation « Prévenir et gérer le stress professionnel »
2 comédien.ne.s - formateur.rice.s, une demi-journée à 1 jour.